« J'ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez imaginer...», l'histoire commence comme dans le monologue de Roy Batty face au Blade Runner. Probablement parce qu'il pleuvait lorsque je suis arrivé à Niort. Le taux d'humidité ne m'incitait guère à aérer les circuits de mon Leica. Cela n'aura finalement pas duré pour la suite de cette errance urbaine. Alors dans ce monde revivant, après plusieurs périodes de crises, qu'en était-il du retour à la vie normale ? Avec cette série je questionne la condition humaine dans la ville à travers la vision d'un réel dystopique.
Back to Top